Anne-Sophie Jeannin a des idées dans la terre

On avait décidé de se rencontrer. Ça aurait pu être l’affaire d’un petit 20 minutes dans un snack- bar central. On est resté 5 heures ensemble.  Et pendant ce temps là, Saint-Sauveur prend racine aux pays des cylindres de salles de bains. Le marché potier a de quoi être fière.

1- Comment t’es venue l’envie de fabriquer de la céramique?

Anne Sophie Jeannin: « L’idée de fabriquer mes propres objets en céramique me trottait dans la tête depuis un bout de temps. Dans le jardin de ma maison familiale en Bourgogne, il y avait un ancien tour de potier. Lorsque j’étais enfant mon grand-père cultivait la terre et tombait fréquemment sur des tessons de poteries. Je pense que l’influence vient très probablement de mes racines et de mes souvenirs. Plus généralement ma mère m’a toujours poussé à la création, qu’elle considère primordiale. J’ai donc décidé un matin de m’inscrire dans un atelier à Paris où j’ai appris la technique de la céramique, et depuis je ne me suis pas arrêté. »

01 SAINTSAUVEUR_LESBELLESPLANTES_01

2- Pourquoi ce nom, « saint sauveur » ?

Anne Sophie Jeannin: « Saint Sauveur c’est une ode à la légèreté, à la nature. C’est un village en Puisaye, (une région naturelle en bourgogne) connue pour son argile et son ocre naturelle, dont une partie de ma famille était originaire. Comme je ne tenais pas spécialement à utiliser mon nom pour signer mes créations, j’aime bien l’idée d’avoir une sorte d’avatar créatif, ça me permet de créer de la distance tout en étant très concerné par mes collections. Saint- Sauveur c’est un hommage à pleins de souvenirs, l’utiliser comme nom rend les choses un peu immortelles et ça me plaît. »

05 SAINTSAUVEUR_LESBELLESPLANTES_053-  Fabriques-tu seulement des cylindres pour plantes ou est-ce que tu comptes étendre un set plus large ( carafes, ect )

Anne Sophie Jeannin: « Quand je me suis initiée à la poterie, j’ai essentiellement voulu développer dans un premier temps des cylindres. J’aime sa forme simple et brute, qui permet à la fois d’être un contenant pour les plantes grasses & succulentes, en me focalisant sur une forme, ça m’a permis de pousser davantage mes recherches sur les glaçures. En ce moment, je suis en production, j’ai souhaité élargir le spectre des objets que je veux proposer. Je développe une collection de vases notamment pour accueillir des bouquets de tulipes ou de lys, mes fleurs préférées, mais plus généralement toutes les fleurs qui existent bien sûr. Je prépare également une collection de boucles d’oreilles en céramique pour la rentrée, j’ai développé une sorte de fascination pour les pièces assez volumineuses, comme celle que Picasso avait offert à Frida Khalo, des boucles d’oreilles représentées par de petites mains en céramique ! Plus généralement, je pense à une collection en céramique pour l’Art de la table. »

06 SAINTSAUVEUR_LESBELLESPLANTES_06

 

4- Peux-tu nous expliquer l’histoire et la direction artistique de cette première campagne?
Anne Sophie Jeannin: « Selon moi, la céramique, comme la peinture est un moyen d’expression. Je fais très peu de différenciation entre l’artisanat et l’art. Certes dans l’artisanat il y a cette notion de production de produits, mais ce n’est pas dans cette démarche que je m’inscris. Je voulais proposer une lecture différente, en me détachant un peu des photos basiques de natures mortes. En céramique, en poterie, il y a une sorte d’uniformité visuelle que je trouve, un peu redondante. »

s08 SAINTSAUVEUR_LESBELLESPLANTES_08

 

J’aime les histoires, et Saint Sauveur c’est une belle histoire, ça fait aussi partie de mon tempérament rêveur : je me fais tout le temps des films.
J’ai donc imaginé un conte qui serait un hymne à la féminité,  mêlant à la fois la nature, la terre, les plantes. Je voulais que le titre soit calligraphié par Nicolas Ouchenir , sa technique d’écriture ancestrale me parle beaucoup puisque je fais mes pièces à la main. J’aime l’idée qu’on puisse toujours faire quelque chose de nos mains et plus généralement de notre corps sans être trop dépendant des nouvelles technologies. J’aime également beaucoup la danse et garde de très beaux souvenirs des spectacles de Pina Bausch au théâtre de la ville.  Je voulais que les filles (mes belles plantes)  aient l’air de s’ouvrir et se prélasser comme des danseuses, à la fois élégantes et solaires, naturelles, et sans artifice. Je me suis entourée d’amies proches pour réaliser cette première campagne. Manon et Alma du studio l’étiquette qui m’ont toujours soutenues et aidés dans mes projets, on se suit depuis quasiment 10 ans, je suis à la fois admirative de leurs capacités de travail , d’inventivité et d’ingéniosité.  Mélodie Zagury et  Jeanne Dekonink ont réalisés le stylisme, Mélo a lancé son premier magazine Alei Journal et Jeanne se lance dans la décoration florale. Les modèles Giovanna, Dolorès, Marissa et Lucillia, respectivement set-designer, muse, créatrice de bijoux, où dans le design. Elles ont toutes les quatre de forte personnalités et correspondaient complètement à la campagne que j’imaginais.  Nous avons shooté dans la maison-galerie de l’antiquaire Marion Held, qui est comme ma deuxième mère, sa maison est chargée d’histoire.

10 SAINTSAUVEUR_LESBELLESPLANTES_10

 

5- Quels matériaux utilises-tu? Quel est ton processus de création? 

Anne Sophie Jeannin: « J’utilise différents types de grès pour le tournage, j’achète également des pigments de couleurs, des ocres naturelles pour l’émaillage, ce qu’on appelle plus généralement glaçure. Je cuis mes pièces une première fois après le tournage, et une deuxième fois après l’émaillage. Je travaille aussi beaucoup les terres mêlées, qui donnent une dimension unique à chaque pièce dès le tournage. ». »

13 SAINTSAUVEUR_LESBELLESPLANTES_13

6- Quelles sont tes inspirations principales?

Anne Sophie Jeannin: « Ça dépend des périodes, je développe des sortes d’obsessions visuelles, en ce moment, je m’intéresse à l’œuvre de Frida Kahlo et Diego Riviera, ainsi qu’au couple original qu’il formait. Mais aussi, l’œuvre du Douanier Rousseau très proche de la nature, les peintures de Calder, le surréalisme de Miro et ses créations en céramique. J’aime les artistes qui travaillent la couleur, et qui sont rêveurs. J’aime aussi les poteries orientales que l’on trouve dans les souks de Marrakech, de Tunis. Les créations de Sonia Boyahian, ou de Viveka Bergstrom pour les bijoux. Dans mon atelier, je peux tourner mes pièces en écoutant Chopin où Justin Bieber, je crois que j’aime plus de choses que j’en déteste, c’est plutôt positif non ? Toutes formes de créations se défendent, c’est la liberté des artistes. »

0102

7-  Quelles sont tes rêves? Comment souhaites- tu faire évoluer ta marque?

Anne Sophie Jeannin: « Je suis déjà ravie des choses qui arrivent naturellement, les rencontres, les nouvelles opportunités. Mon atelier sera terminé cet été, je l’espère, c’est déjà ça le rêve, une structure indépendante. Je n’ai pas les yeux plus gros que le ventre, mes collections vont évoluer avec moi, dans le temps, je n’ai pas envie de précipiter les choses. Saint Sauveur c’est plus qu’un projet, c’est une évidence de celle qui vous accompagne toute votre vie.  »

20160219_SAINTSAUVEUR_P10_NatureMorte_085

 

Mes pièces sont vendues sur mon eshop : http://www.saintsauveurparis.com/shop
Le lien de mon compte instagram saint sauveur : https://www.instagram.com/saintsauveur_paris/
Le tumblr : http://www.saintsauveurparis.tumblr.com/
Le site http://www.saintsauveurparis.com/