Chloé Bruhat X Pressee

Chloé Bruhat est une jeune photographe qui vient du documentaire et pense la photo comme un acte audacieux, aventureux, artiste.
On a passé une après midi ensemble au gré des faisceaux lumineux qui dessinent des ailes aux murs, des gentils peintres en bâtiments aux bobs franchisé et des mauvais sosies d’Elvis Presley.

Quel est ton rapport à la photo?    
Chloé Bruhat:  «Je suis réalisatrice de films documentaire, mais je fais de la photo depuis des années. D’autant que je me souvienne, j’ai toujours eu un appareil avec moi. Aujourd’hui, en plus de mes prises de vues perso, je travaille principalement pour de jeunes marques. Je n’avais jamais pensé en faire mon métier, le documentaire m’anime pleinement, mais il est vrai que les temps de production sont tellement longs qu’il me manquait quelque chose de plus créatif. La photo c’est un peu mon petit « shot ».

J’essaie quand même de retranscrire mon ADN de réalisatrice dans mes photos, en gardant ce coté fugitif, parfois instable des moments d’intimité du documentaire. L’argentique m’aide beaucoup pour ça, je trouve que cela me permet de créer davantage de proximité et de partage avec mes modèles.»

 

Ensemble Léonard 70 Posture avachie


Qui sont tes mentors?
Chloé Bruhat: «J’essaie surtout de respecter mon propre style, mais j’aime beaucoup le travail de certains photographes de reportage tels que Raymond Depardon, Gilles Caron, ou Cartier Bresson.»

 

Kimono vintage à fleurs Béret violet Un sosie dont ne sait pas qui


Quel est ton matériel de prise de vue? Avec quoi tu photoshoot?
Chloé Bruhat: «J’utilise exclusivement du matériel argentique.»

 

Kimono vintage Espadrille Castaner

 

Avec qui rêverait tu de collaborer?

Chloé Bruhat: « J’aimerai beaucoup collaborer des magazines tels que Jalouse, Another, Citizen K… et pousser vraiment mon travail vers la partie édito. Mais ce qui me plait c’est surtout de travailler avec des personnes qui aiment en qui croient en ce qu’elles font, de la jeune marque au magazine, tout le monde à quelque chose à raconter!»

Se faire tailler un ensemble Léonard par un bus de ville

Ton meilleur souvenir de shooting?
Chloé Bruhat: «Je travaille régulièrement avec la marque Modetrotter, c’est toujours un régal de bosser avec cette équipe.»

 

Veste/Manteau Margaux Lonnberg Jean blanc Zara Chaussette Muji Mules à talons Amélie Pichard


Quel serait ton shooting idéal?
Chloé Bruhat: «Un lieu cool, des gens cool, une atmosphère détendue et le résultat n’en sera qu’idéal. »

 

 

 

Veste/ Manteau à carreaux Margaux Lonnberg Tee shirt résille Yamaha

Gentil peintre en bâtiment



Comment tu aimerais faire évoluer ton travail?

Chloé Bruhat: «J’aimerai surtout continuer à le faire tel que je le fais aujourd’hui. Ce qui me plait c’est de pouvoir créer des séries en fonction des envies et des besoins des créateurs, tout en y ajoutant ma patte. J’aimerai également faire davantage d’éditos, je me sens encore plus libre dans ce style d’exercice. L’idée pour moi c’est avant tout d’arriver à jongler entre mes deux fonctions : continuer à écrire et réaliser mes films, tout en arrivant à garder un pied dans la photo « mode ». Les deux n’ont rien à voir, mais cela me permet de me créer un certain équilibre. »