Claire-Marine Chassain: scénographe de l’absurde

Elle a le physique d’une Jane Fonda en plus barrée. Prêtresse en gif animée, elle vient de réaliser une mini- série pour le compte de Radio-France. Du grand art. Sur son tumblr, elle met en scène des natures mortes très vivantes. C ‘est luxueux, magistral et complètement absurde. Rencontre pleine d’admiration.

Quel est ton parcours?
Claire-Marine: «Petite provinciale de Picardie, l’appel de la capitale il y a 8 ans à retentit. Ayant un goût certain pour l’art mais certainement pas pour les chiffres, c’est d’un naturel que je me suis tournée vers les arts graphiques. 5 années d’études plus tard, je me suis crée un blase et un blog : dadamint. Dada comme le courant, mint pour la fraîcheur. C’est tiré par les cheveux, grave. Je sais. »

Comment définirais-tu ton travail?
Claire-Marine:«Débridé du moins c’est ce que je souhaite et inspiré par des courants décadents, dadaïste et byzantins. Je tire mon travail dans un univers 80’s et photographique et je crée des images parfois absurde, provocante ou hors norme. »

5

Tu fais aussi beaucoup de photos ? Peux-tu nous parler de tes natures mortes? Qu’est-ce qui t’as amené à faire ça et quel est l’enjeu de ces clichés?
Claire-Marine: «J’aime les objets et j’ai pleins de passions : les shlasses, les bijoux, le retrofuturisme, la photographie, les Polly Pocket, les peintures à l’Aérographe, la botanique et les arts de la table. Toutes me servent de prétexte à inventer des mises en scène kitsch et allégorique. On peut appeler ça des natures mortes mais plus particulièrement des vanités modernes. Mes photos reprennent les codes classiques des natures mortes, j’y intègrent par le biais d’objets les notions du temps qui passe, les plaisirs sexuels outranciers, le fameux « triomphe de la mort ».. Les objets choisis sont souvent redondant mais toujours différents, ils symbolisent la richesse, l’argent, l’érotisme ++, la beauté, la puissance et à chaque fois il y a un élément perturbateur dans la photo, c’est la touche perso, ce qui m’amuse le plus. Je fais ça pas mal pour le plaisir, égoïstement, nonchalamment. Et parfois pour un client.  »

1

Avec qui aimerais-tu collaborer?
Claire-Marine «Avec quiconque oserait collaborer avec oim. Mais un bijoutier/joailler un peu rock & roll serait un bon partenaire. »

2
Ta devise?
Claire-Marine:« Vanitas vanitatum omnia vanités », autrement dit « Vanité des vanités, tout est vanité »
Il est donc encore et toujours question de ce sentiment de l’absurde que je préserve et revendique dans mes travaux. »

Quelles sont tes inspirations / mentors photographiques ou artistiques?
Claire-Marine «Pierre et Gilles direct ! Et sinon la liste est longue mais pour ne citer que les grands, des types comme Mario Testino, David Lachapelle, Martin Paar, et les photographies d’Hollywood en Kodachromie.. sont des références pour moi. »

3

Depuis peu, tu es responsable de communication à la Salle Pleyel, salle de concert symphonique Art Déco classée au patrimoine historique, quels sont les nouveaux enjeux de la salle, la nouvelle direction artistique?
Claire-Marine: « Oui, j’ai troqué mon free-lance designer photographe contre un cdi dans le monde du spectacle, mais je reste un peu le photographe là bas aussi. C’est une salle magnifique classée monument historique avec un grand hall sublime et donc hyper photogénique. Cette salle ne fait plus de musique symphonique autrement dit du classique. Mais elle reçoit tous les genres musicaux, des ballets, des humoristes, des ciné-concert et autres types de divertissements. Elle accueillera dans sa rotonde des défilés de mode ainsi que la cérémonie des César en février sur la grande scène. Bientôt un bar et un restaurant gastronomique ouvriront, l’occasion de venir squatter même sans avoir un ticket. »
8

De quoi est tu pressée?
Claire-Marine:
« Je suis pressée d’aller chez le coiffeur. »