Garance Vallée: 10 sur l’échelle du cool

Avec un père fondateur de l’esprit punk dans l’art contemporain, Garance Vallée innove à son tour dans l’architecture. Et pas seulement. Puisque elle imagine aussi des illustrations aux perspectives étonnante empreinte de l’esthétique du designer Memphis Milano. On voudrait vivre dans ses prints. Interview.

Quel est ton parcours?
Garance Vallée: « Alors je suis étudiante en architecture à l’école supérieure d’architecture de paris la Villette. Je suis actuellement en dernière année ou je suis une spécialité master en scénographie. Où les questions essentielles de mise en espace guide mon travail personnel.
J’ai grandi dans l’atelier de mon père artiste peintre Kriki ( kriki.com ) entre les peintures et la musique Punk. J’ai commencé à dessiner et à créer des objets au près de lui.
D’ailleurs il fait parti d’une de mes sources d’inspiration; mon amour de la ligne droite provient indéniablement de sa main. Mes parents nous ont fait évoluer avec mon frère dans un milieux artistique omniprésent. Ma mère qui a fait des études d’histoire de l’art m’a toujours cultivé un maximum, elle m’a appris à avoir cette soif de « savoir » qui participe à ma créativité.
J’ai fait pendant longtemps énormément de danse, j’ai toujours eu une fascination pour le corps humain. D’ailleurs avant l’architecture, un an écourté de médecine m’on servi à mieux comprendre ce corps auquel je m’interessais.
Ce dernier dont je me sers tous les jours dans mon expérience architecturale. Je préfère appréhender l’espace par le corps, le mouvement, me dire que je réalise des choses pour un être organique. Que l’architecture est fait pour abriter l’homme et que parfois l’architecture d’aujourd’hui s’éloigne de ces questions là. La confrontation du corps organique et de l’architecture solide minérale est une ligne directrice de plusieurs de mes expérimentation spatiale. C’est pourquoi dans la plupart de mes dessins une figure, la plupart du temps féminine vient s’y incorporer. »

Cette femme, comme architecture fluide, vivante à elle même joue le rôle d’activateur de vie au sein de chaque espace. Je pense aussi que c’est avant tout pour marquer une certaine féminité, une manière pour moi de mélanger la courbe et l’angle droit.
Ce sont mes « HouseWife », elles ont tout le haut du corps dans des architectures, elles se cachent ou se préservent. Dans les dessins que je travaille en ce moment, cette mystérieuse femme est finalement sortie, toujours nue, car entière et vraie. Je crois qu’elle est en train de se découvrir et de s’assumer de plus en plus. Les espaces sont utopiques, inspirés des bases universelles de construction puisé dans l’antiquité et des grands courants architecturales modernes, avant-gardistes, minimales, du design 60-70-80’s, de mes voyages, de ces moment précis de vie ou je vais garder en mémoire un détails de couleur, de lumière, de motifs que je vais réactivé dans ces propositions.

Tu démarres en ce moment l’illustration avant de te mettre au design d’objet?
Garance Vallée: « Cette dernière année d’archi me permet de prendre du recul sur ce j’ai fait, ce que j’aime dans ces études, ce qui me pousse à créer. Ces dessins architecturaux me permettent de designer des objets que je pense directement dans un espace. Je les dessine toujours comme probable construction futur. Le dessin me permet de faire une mise en espace de ces objets, en attendant de les faire vivre. Je pourrais dire que ces dessins font partie d’un processus de recherche qui me permet de créer en volume par la suite ces objets. Cependant je ne dissocie pas pour autant l’architecture du design. Je pense que l’architecture de toute manière ne va pas sans le dessin d’un « tout », du mur jusqu’au meuble. L’illustration aujourdh’ui fonctionne comme une étape d’un processus créatif en volume. J’aime le crayon et de la feuille, j’ai encore du mal aujourd’hui à travailler avec des logiciels parfois plus fades qu’un trait à la main. J’aime à croire qu’en illustrant des espaces je les construis aussi. La plupart des architectures et des intérieurs que je dessine, je les pense véritablement comme des projets d’architecture, jusqu’aux objets que je design. Laissant ainsi l’optique de pouvoir un jour donner vie à ces intérieurs, à ces objets ! »


Quel est ton rapport avec la sculpture ? La thématique de l’échelle revient souvent. Comment l’expliques tu?
Garance Vallée: »
Le thème de l’échelle et de l’escalier font partie une fois de plus de cette réflexion sur l’expérience de l’espace. J’aime mes objets à part entière car ils influencent le corps dans l’espace. Ils insinuent un mouvement de va et vient, de monter-descente qui participe à rendre vivant un espace. J’aime cet esprit efficace et fonctionnel de mes objets.
D’ailleurs j’expose prochainement à la galerie ArtMate, l’expo portera le nom latin SCALA, qui a donné le terme d’escalier mais aussi d’échelle… »

Côté print, là encore tu surprends. Tu proposes des visions de découpes de plan d appartements aux inspirations Memphis Milano.
Aujourd’hui nous pouvons trouver tes œuvres à la galerie ultra moderne à Paris. Quel est ton processus de création ?
Garance Vallée: »
Je travaille autour de deux thèmes principaux, celui de l’axonométrie qui est donc un dessin technique d’architecture qui représente une succession de plan et le dessin d’ambiance, une scénographie d’un espace, qui me permet de mettre en scène chaque objet. L’exposition à la galerie Ultra moderne s’est faite par le biais d’une collaboration avec le magazine SAY HI TO, qui a fait une édition de plusieurs prints à partir d’illustration sur un thème précis d’un hommage à Le Corbusier. »

Tu corealises un grand dessin avec ton copain et graphiste Frank Pellegrino sur New York, peut tu nous en parler?
Garance Vallée: »
J’ai vécu une super expérience à travailler pendant trois mois dans l’agence d’architecture LOT-EK à New-York, elle à participer à m’épanouir et à connaitre mes envies dans ce métier là. Au cours de ce voyage, mon copain m’a fait sa proposition. Et cette envie de créer ensemble un dessin qui figerait cette expérience inoubliable fut une évidence. Nos deux styles finalement se complétent, et faire ce que l’on aime avec l’homme qu’on aime c’est que du bonheur ! Je pense d’ailleurs que ce ne sera pas notre dernière collaboration… »

Comment vois tu évoluer ton travail ?
Garance Vallée: »
Je commence de plus en plus à faire sortir de mes dessins des éléments que je construit en volume. J’aimerais vraiment faire une série d’objet qui m’orienterais petit à petit vers le design. Je n’abandonnerais jamais le dessin qui est la base de tous mes processus créatif. Mais j’aimerais surtout avoir un peu plus de temps pour développer mon univers car pour l’instant je dois aller décrocher mon diplôme d’archi ahah !! »

De quoi es-tu Pressee ?
Garance Vallée: »
De créer, tout le temps créer ! et d’aimer, tout le temps d’aimer ! »

https://www.instagram.com/royalgarance/
http://royalgarance.tumblr.com