Marlène Seigneur: divinité RP

Mercredi 18 décembre 16h texto de Marlène Seigneur « passe à 19 heures ». Sans me faire prier, j’ai foncé chez Albert Jean et Pedro, l’agence où toutes les marques éthiques rayonnent. Dans le désordre: elle m’a filé des gommettes, on a commenté le meeting de Mélenchon à la minute façon match de l’OM. Cette nana là, c ‘est bien bien plus que de la relation presse. Interview sans filtre et sans alcool.

Quel est ton parcours ?
Marlène Seigneur : « Je suis un peu allée à l’école, j’ai beaucoup fait rire mes camarades, moins mes profs. Et puis paf, je suis devenue RP alors que je m’imaginais commissaire priseur, chef d’orchestre, ébéniste ou danseuse étoile… Va comprendre.
Bref toujours est-il que j’évolue dans les métiers de la com et plus particulièrement de la presse depuis déjà 15 ans.
J’ai commencé chez l’annonceur trés mode puis, la toute petite agence old school puis, la grosse agence trop cool puis, une année sabbatique !
Là, j’ai vachement réfléchis à ce que je voulais faire à la base et j’ai entrepris une formation d’ébéniste que j’ai immééééééédiatement laissé tomber pour des raisons évidentes de niveau de vie et de grosse flemme.
Du coup je suis redevenue RP pour différentes marques dont : Golden Hook (mon petit chouchou), Nike (on présente plus) et JEM de la joaillerie éthique dont la DA était réalisée par le très talentueux studio be-poles. Et c’est chez be-poles que j’ai rencontré Cécilia Michaud, mon âme sœur de boulot et la directrice d’Albert, Jean et Pedro ! C’est d’ailleurs elle qui m’a (re)donné goût à mon propre métier. Une meuf en or, comme la famille.  »

le-crayon-de-papier-be-polesbenoit-linero-2-jpg

Aujourd’hui tu es associée dans l’agence Albert, Jean et Pedro. Agence en marge qui n’a pas comme crédo le profit à tout prix. C’est quoi votre ligne éditoriale ?
Marlène Seigneur : «  Autant d’importance au projet qu’à l’humain, voilà ce qui nous anime ! Albert, Jean et Pedro est une agence de conseil en communication et relations presse spécialisée dans la mode, la culture et le lifestyle.
La ligne éditoriale est essentielle, chaque client a une place centrale et tous se valorisent entre eux. Nous choisissons nos projets de manière sensible et intuitive car le client nous touche autant pour ce qu’il est que pour ce qu’il fait. »

vues-choisies-madridbe-poles

Je zonais sur mon feed et j’ai trouvé ce statut : « Les Internets c’est un PMU à ciel ouvert » Statut que j’ai par ailleurs liké. Peut-on tout dire sur les internets?
Marlène Seigneur : «  Merci pour ce like. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi ca veut dire beaucoup !Bref, aujourd’hui dès que t’as un appareil connecté tu peux donner ton avis à tout le monde. Personne ne s’en prive mais beaucoup s’en plaignent. Qu’ils se désabonnent, nan ? C’est ce que je fais régulièrement, surtout en période électorale. T’es pas d’accord avec ce que dit untel mais t’as pas envie d’argumenter ? La solution : masque la publication, unfollow, unfriend. Y’a plein de solutions, il suffit de s’en servir. »

Quelle est ta vision de la communication aujourd’hui?
Marlène Seigneur : « Vaste sujet… Je crois qu’il faut (en tout cas c’est ce que l’on fait chez Albert, Jean et Pedro) traiter un journaliste de presse digitale au même titre qu’un journaliste de presse écrite. C’est primordial. Après, en ce qui concerne le social media c’est un tout autre métier. »

capture-decran-2017-01-05-a-17-21-22

Quelles sont les solutions pour sortir de l’écueil aseptisé des communiqués préfabriqués ?
Marlène Seigneur : « Avec Albert, Jean et Pedro on n’envoie pas de communiqué de presse, on raconte des histoires ! On fait rêver, on fait voyager. C’est parce qu’on est embarquées par la passion de nos clients qu’on peut raconter des histoires cools aux journalistes. Ce métier est intéressant pour ça, pas pour envoyer un énième communiqué suivi d’un « allo, vous avez bien reçu mon communiqué de preeeeesse ? » Moi perso, si je suis journaliste et que je reçois cet appel, ben franchement, je raccroche et j’enregistre la personne à « ne pas répondre » ahahaha.  »

capture-decran-2017-01-05-a-16-45-04

De quelles communications de marque es-tu la plus fière ?
Marlène Seigneur : « Je suis fière de chacun de mes clients, c’est pour ça que je bosse pour eux. En aucun cas je ne pourrais défendre une marque qui produit mal ou en laquelle je ne crois pas. C’est rédhibitoire. Et, c’est quand même vachement plus cool et satisfaisant d’avoir des bêtes de parutions pour des clients qui ne sont pas annonceurs. Ca c’est une sacrée fierté pour moi. Dans les gros exemples on eu une couverture pour le Elle, une 4ème de couv du Monde, une double page dans Jalouse, une heure sur France Inter… Tout ça, sans budget pub. Elle est là la com’ dont je suis la plus fière !  »

capture-decran-2017-01-05-a-17-08-14

Comment vois-tu l’évolution de l’agence à court et moyen terme ?
Marlène Seigneur : « Alors ça c’est complètement top secret parce qu’on a un vrai gros et beau projet auquel on mêlera tous nos clients.
Du coup vu que ma réponse est super courte je vais profiter de cette tribune qui m’est offerte pour que tu atteignes un nombre de signes suffisant et pour pousser plusieurs coups de gueule :
ARRETEZ DE METTRE DEUX « L » A ROLAND GARROS. Merci.
ARRETEZ DE PORTER DES CANADA GOOSE, on est à Paris et ce vêtement est fait pour affronter des températures type –30 degrés. Pas notre pauvre –1 annuel. Merci.  »

De quoi es tu pressée ?
Marlène Seigneur : « Que ma soulmate revienne de son congé maternité !
Que mon karaoké d’anniversaire arrive #teamkaraoké !
Que mon chien, Johnny Utha, apprenne à surfer pour de vrai.
D’avoir un nouveau tatouage (Cimer Nico Sautel aka https://www.instagram.com/blcksidestudio/, la Moutain et Roger Smith se portent bien!)
Mais je suis aussi super pressée de retourner chez moi, à la montagne et de chausser ma board. Passion number one.
D’ouvrir une auberge de vieillesse où je vivrais en communauté avec tous mes potes pendant notre retraite. »

_v5b2826

Tu vas voter pour qui en 2017 et pourquoi ?
Marlène Seigneur : « 
Je vais voter pour Louis-Nicolas Bescherelle, fondateur historique de la collection de livres de références en grammaire française.
Franchement…. Le Bescherelle devrait être le seul et unique livre Saint autorisé dans notre beau pays laïque. »

http://www.albertjeanetpedro.com